Les 3 conseils de Warren Buffett pour s’enrichir en bourse

Rate this post

Si la bourse n’est pas une science exacte, le meilleur moyen de réussir reste de prendre exemple sur ceux qui y font fortune.

Investisseur de talent, Warren Buffet est de ceux dont on suit la trace, en espérant avoir la même destinée. Et ce sont les marchés financiers qui vont lui octroyer son statut de milliardaire dans les années 1980.

Sur le chemin de la richesse, ces 3 conseils feront certainement la différence.

Pour devenir riche avec la bourse : La qualité en priorité

Warren Buffet privilégie les actifs de société ayant déjà une notoriété solide, pour lui, il n’y a pas de bon moment pour investir en bourse, juste de belles sociétés. Pour cela, il est judicieux de se poser quelques questions simples sur l’entreprise avant d’en obtenir des titres.

  • Quelle est la croissance de la société ou du groupe ?
  • Comment est-elle gérée ?
  • A-t-elle de l’avance sur ses concurrents ?

Lorsque Warren Buffet investit dans Coca-Cola, et ce, seulement en 1988, il examine un modèle économique sain. Il souligne d’ailleurs avec justesse que, pour ce qui est du business, le rétroviseur est plus clair que le pare-brise. C’est en regardant les performances et le modèle du groupe depuis sa fondation que Warren Buffet y investit les premiers dollars. L’investissement est toujours plus que rentable.

Les perspectives de développement de la marque rouge et blanc à l’international n’ont du reste pas échappé au milliardaire américain.

Il regrette néanmoins d’avoir manqué l’opportunité du géant Amazon. Le talentueux investisseur demeure humain, malgré tout. Cela réduit-il son aura ? Rien n’est moins certain. Ce Midas des temps modernes transforme une grande partie de ce qu’il touche, en or…

Lire aussi  Alternatives au tramadol : des options pour soulager la douleur

L’un de ses derniers investissements concerne les semi-conducteurs. Ces composants sont le centre nerveux des puces électroniques. Elles rassemblent toutes le potentiel d’un bon investissement par leurs perspectives. Et le groupe TSMC possède déjà une assise majeure sur le marché. Les conditions sont réunies pour intéresser l’investisseur.

Warren Buffett privilégie la transparence

Les résultats ne sont garants d’une société fiable. Warren buffet préfère de loin conseiller aux investisseurs de miser sur l’honnêteté et la transparence. Un rêve de philanthropes ? Plutôt le flair de fin stratège.

Les structures simples sont les meilleures

Les modèles de base sont les plus fiables. Holdings opaques et structures alambiquées doivent faire fuir. Un des éléments fondamentaux concerne la régularité de la société, notamment l’exigence d’une parfaite cohérence de ses statuts et de ses publications officielles. Warren Buffet s’interroge également sur les dirigeants.

En bourse, les entreprises promptes à communiquer

La communication d’une société parle d’elle… et de ses méthodes. Fiscalement, les bilans sont-ils disponibles dans les délais ? Existe-t-il une quelconque polémique ?

En France, par exemple, l’AMF fournit des outils pour analyser la santé financière d’une entreprise. Ceux-ci sont disponibles avant d’investir.

En résumé, pour Warren Buffet, une entreprise a toutes les chances de devenir une source de profit si son gestionnaire la considère comme son propriétaire. L’engagement managérial est un critère prépondérant.

Dans ces approches, Warren Buffet manie l’équilibre de la qualité et de la quantité. Il décèle la valeur intrinsèque de la société en y associant les données qui lui confirment le moment de la décision d’investir. Il faut que se rencontrent les bonnes valeurs et le bon timing (si possible quand le prix est au plus bas).

Lire aussi  L’investissement immobilier est-il accessible à tous ?

Pour s’enrichir : Cultiver la patience

Les profits rapides ne sont pas les meilleurs. La vraie réussite, celle qui permet d’être riche, qui apporte richesse, se mesure à longue échéance. L’investisseur exemplaire conseille de ne pas succomber au chant des sirènes du marché. Il ne faut pas y prêter une oreille quotidienne, mais plutôt rester ancré au port des fondamentaux, moins houleux.

C’est la stratégie Buy and Hold.

Cela se justifie-t-il encore ? En dehors des risques géopolitiques, l’investissement à long terme s’avère fructueux. Cela est lié mécaniquement aux profits des sociétés. Avec le temps, les méthodes de production sont de plus en plus performantes. C’est pourquoi le temps joue souvent en faveur de la productivité.

Certains mentionneraient l’erreur de la société Berkshire Hathaway pour nier la véracité de ce conseil. L’investisseur a jeté l’éponge après 20 ans pour cette entreprise de textile. L’entreprise n’est plus, aujourd’hui, qu’un groupe financier. Mais dans la grande majorité, le temps donne raison à celui qu’on appelle l’oracle d’Omaha.

Et comme un pied de nez, cette société d’investissement affiche à l’heure actuelle un rendement moyen annuel de 20 % face au 10 % de l’indice new-yorkais.

Warren buffet, par cette approche à long terme, se protège des écueils de la surinformation et des rumeurs qui secouent brièvement les marchés. La base solide sur laquelle il fonde sa décision résiste aux séismes des annonces choc. À moins que ce ne soit ses propres publications d’investissement qui fassent tressaillir les places boursières…

Si aujourd’hui, les conseils de Warren Buffet sont parole d’évangile, c’est que, dans la grande majorité, il s’agit de vérités intemporelles. Les investisseurs en bourse ne s’y trompent pas et guettent aujourd’hui encore les derniers investissements du magnat américain.

Partager :

Twitter
Telegram
WhatsApp

Plus d'actualité