L’évolution du réseau : Web 3.0 et les finances

Rate this post

Internet est l’outil technologique le plus important de ce siècle. Actuellement, il compte plus de 5 milliards d’utilisateurs dans le monde. En France, plus de 80 % de la population se connecte quotidiennement à Internet. Les raisons de son utilisation sont diverses et comprennent la communication, la recherche d’informations, les démarches professionnelles, les achats, et bien plus encore. Cependant, il est évident que l’un des usages les plus pertinents est lié aux finances. Tout a changé depuis que les finances se sont numérisées, permettant de réaliser des paiements, d’émettre des factures, de gérer notre patrimoine, d’investir, …

L’avancée sur Internet

Mais le réseau est dynamique et évolue. Les premiers sites web étaient basiques et statiques. Les entreprises du secteur financier les utilisaient pour leur image corporative et pour informer, mais l’interaction n’était pas possible. Avec le Web 2.0, les utilisateurs pouvaient participer et effectuer diverses actions ; de plus, les réseaux sociaux sont apparus, élargissant les canaux de communication avec les clients ; les opérations disponibles, telles que les transactions bancaires, ont augmenté. Les FinTech ont également fait leur apparition, de nouvelles entreprises utilisant la technologie pour offrir des services financiers aux clients et représentant une alternative aux organisations traditionnelles. Aujourd’hui, nous trouvons certaines de ces start-ups proposant une grande variété de services, comme on le voit dans la Boursorama avis, qui propose des cartes bancaires, des assurances, des investissements, …

Maintenant, c’est le moment du Web 3.0, la prochaine étape de cette évolution. L’objectif de cette nouvelle génération de communications est la décentralisation. Jusqu’à présent, bien que les internautes puissent participer au réseau, ils étaient limités par le pouvoir considérable des principales entreprises technologiques propriétaires des serveurs les plus importants. Mais la blockchain, tout comme elle l’a fait avec les cryptomonnaies, a la capacité de décentraliser le réseau. Ainsi, les utilisateurs reprennent le pouvoir, gagnent en liberté d’expression et en contrôle sur leurs données privées. La Web3 se veut plus sûre et transparente. Elle est également plus avancée, incorporant de nouveaux outils tels que l’intelligence artificielle, et est mieux préparée pour l’arrivée des environnements numériques futurs, tels que le Metaverse. Tout cela a un impact sur le secteur financier, un marché qui est actuellement numérisé.

Lire aussi  Les meilleurs prix d'abonnement pour une ligne téléphonique fixe seule

La Web 3.0 et le secteur

Les finances décentralisées sont l’une des principales caractéristiques de ce nouveau réseau. Avec ce système, les utilisateurs peuvent effectuer des opérations sans avoir besoin d’intermédiaires, avec la capacité d’authentifier les opérations fournie par la blockchain, créant un enregistrement sécurisé et crypté des transactions, comme c’est le cas avec les cryptomonnaies. En fait, ces devises numériques seront plus présentes dans la Web3. Les contrats intelligents seront également plus courants, s’exécutant automatiquement et réduisant l’intervention de tierces parties (comme les intermédiaires précédemment cités). De plus, la Web 3.0 sera plus accessible, offrant la possibilité à un plus grand nombre de citoyens de participer aux finances.

L’intégration de l’intelligence artificielle apporte également des nouveautés. Dans cette nouvelle version du réseau, l’information et les services seront plus personnalisés grâce à l’analyse du Big Data et à l’apprentissage automatique. De plus, cet outil peut lutter contre la fraude et l’usurpation d’identité dans les opérations financières. D’autre part, en automatisant diverses tâches, il est possible de réduire les coûts et d’offrir de meilleures tarifications, avec des commissions plus basses, comme le font actuellement diverses FinTech. Grâce à l’analyse de l’IA, les décisions seront basées sur une information plus complète et les conseils peuvent être plus précis.

Image : Unsplash

La Web 3.0 apportera également de nouvelles possibilités de financement : la réduction des intermédiaires peut stimuler le financement alternatif, avec des systèmes tels que le financement participatif (Crowdfunding). En effet, étant donné qu’il s’agit d’un web plus libre, de nouveaux projets innovants émergeront, cherchant un financement privé grâce aux contributions des internautes, avec la possibilité de participer en acquérant une partie de la propriété ; l’utilisation des tokens de la blockchain permettra d’enregistrer ces opérations et d’authentifier le certificat d’acquisition, afin de le conserver ou de le vendre à l’avenir. Il s’agit d’une forme d’investissement très intéressante. Mais il existe d’autres possibilités dans ce nouveau réseau : par exemple, les cryptomonnaies, que beaucoup connaissent déjà ; mais aussi les NFT (tokens non fongibles). Et bien sûr, d’autres produits financiers classiques, mais de manière plus directe et efficace.

Lire aussi  Comment convertir des grammes en kilogrammes : le guide complet

Un avenir avec des défis et des opportunités

Comme indiqué précédemment, la Web3 est un environnement propice au développement du futur Metavers, qui est actuellement en construction. Ce nouveau monde virtuel affectera tous les secteurs et la manière dont les utilisateurs interagissent entre eux et font des affaires. Le secteur financier sera représenté dans cet univers numérique, offrira ses services et en créera de nouveaux pour pouvoir opérer là où il sera courant de faire des achats et de profiter de diverses expériences. Bien sûr, cela sera également une excellente opportunité pour la promotion et l’acquisition de nouveaux clients. Ainsi, la Web 3.0 et le Metavers favorisent l’émergence de nouvelles entreprises numériques pour rendre le secteur financier plus compétitif et accessible.

Bien sûr, la Web 3.0 présente également des défis. Certes, elle vise à être un environnement plus sûr et plus protecteur de la vie privée, grâce à la blockchain et à la décentralisation. Cependant, cela ne signifie pas qu’elle ne puisse pas présenter de vulnérabilités et que certains utilisateurs ne cherchent pas à en faire un usage frauduleux. Par conséquent, les outils de sécurité devront être constamment mis à jour ; heureusement, l’IA peut être d’une grande aide à cet égard. Un autre défi est lié à la législation. Nous sommes face à un nouveau système de communications, plus participatif et avec de nouvelles options ; il sera donc nécessaire de réguler certains de ses aspects clés, tels que l’utilisation de l’identité numérique ou les responsabilités en cas d’actes répréhensibles.

Mais malgré les défis, c’est une excellente opportunité de redonner du pouvoir aux utilisateurs et de leur donner une capacité de décision, avec plus de liberté et de transparence. Le secteur financier peut devenir plus accessible et équilibré, tout en gagnant en efficacité dans ses opérations et en offrant une meilleure expérience aux clients. La Web 3.0 est arrivée pour répondre aux préférences des internautes et aux exigences d’une société plus moderne.

Partager :

Twitter
Telegram
WhatsApp

Plus d'actualité